CHIKUNGUNYA

Qu’est ce que le Chikungunya ?

Le virus du Chikungunya est un arbovirus (virus transmis par les arthropodes)

Comment et quand peut on être contaminé ?

La maladie se transmet à l’homme par la piqûre de moustiques du genre Aedes, qui piquent toute la journée et plus particulièrement à l’aube et au crépuscule, surtout pendant la saison chaude et humide.

Pourquoi un diagnostic médical rapide ?

Le Chikungunya provoque des épidémies que l’on doit stopper le plus rapidement possible. C’est une maladie à déclaration obligatoire.

Souvent bénigne, elle passe le plus souvent inaperçue, car similaire à un état grippal. Fièvre intense + migraine + courbatures : consulter un médecin

Pourquoi consulter un médecin dès les premiers signes d’alerte ?

La maladie n’est pas mortelle, sauf dans un contexte d’infection aiguë. « Elle peut présenter des formes neurologiques graves chez les personnes âgées ou présentant une pathologie sous-jacente et chez les nouveaux-nés, dont les mères avaient été infectées, peu de temps avant l’accouchement : transmission materno-fœtale tardive » (Inserm/Institut Pasteur / 18 Mars 2008) Cependant, elle peut laisser des séquelles articulaires et une fatigue intense pendant six mois.

Le diagnostic différentiel, avec la Dengue (autre arbovirose : virose transmise par des insectes piqueurs) et surtout le paludisme, reste d’actualité pour cette maladie qui s’étend et sévit par flambées, sur différents continents. • Il se fait essentiellement par prélèvement sanguin • La déclaration de la maladie est obligatoire. • Il permet d‘alerter le dispositif de surveillance de prévention et de lutte anti-vectoriels.

Quels sont les premiers signes d’alerte ?

Après un délai d’incubation de 2 à 7 jours, (phase de virémie) le porteur du virus ressent soudain une forte fièvre, des maux de têtes, des douleurs musculaires et articulaires dans 70 % à 99 % des cas et une éruption cutanée (50 % des cas).

Quels sont les symptômes caractéristiques ?

Le Chikungunya signifie, en Swahili : « marcher courbé en en avant » et évoque les symptômes de la maladie. Douleurs articulaires diffuses, évoluant vers une polyarthrite aiguë. Cette atteinte articulaire concerne surtout les poignets, les chevilles, mais aussi, les genoux, les articulations des mains et des pieds, plus rarement les hanches et les épaules. Elle se limite le plus souvent à de fortes douleurs articulaires, mais d’authentiques arthrites inflammatoires peuvent être observées, responsables d’impotence fonctionnelle majeure.

L’évolution se fait habituellement vers une amélioration rapide, avec disparition de la fièvre en 1 à 10 jours, des signes cutanés en 2, à 3 jours, les douleurs articulaires en quelques semaines.

Cependant, elle peut laisser des séquelles articulaires et une fatigue intense pendant six mois. L’atteinte articulaire peut cependant perdurer sur un mode subaigu ou chronique durant plusieurs mois, voire plusieurs années, pour les personnes âgées (10% de cas)

Existe t-il un traitement ?

Oui, il doit être prescrit par un médecin. Antalgiques, antipyrétiques (éviter l’aspirine) et anti-inflammatoires, repos.

Comment peut on éviter d’être piqué ?

La première ligne de défense est l’application rigoureuse des mesures de protection contres les moustiques, individuelle et collective : (consulter nos sélections produits) 1- La lutte anti-vectorielle à large échelle avec épandages précautionneux d’insecticides et l’élimination des gîtes larvaires potentiels, particulièrement autour des habitations (pots de fleurs, eaux stagnantes, pneus usagés, déchets encombrants…) 2-La protection individuelle est la première ligne de défense : prévention du matin au soir ! • Consulter notre fiche conseil : comment se protéger contre les piqûres d’insectes ? • Des moustiquaires et vêtements amples et longs imprégnés de pyréthrinoïdes. • Sur les parties découvertes de la peau, l’application de répulsifs est fondamentale. • Pulvérisation d’insecticides pyréthrinoïdes à l’intérieur des habitations.

Quelles sont les zones à hauts risques ?

• En zones tropicales d’Afrique de l’Est, le Sud Ouest de l’Océan Indien. • Elle est endémo épidémique (sévit en permanence) dans de nombreux pays d’Asie du Sud Est et du sous continent indien dans les zones rurales pauvres et les zones forestières. Quelles sont les zones surveillés ? • Les zones touristiques • Les zones urbaines et périurbaines des pays industrialisés, sont très surveillées depuis l’épidémie de la Réunion et traitées à la moindre alerte.

Avis aux randonneurs !

En Afrique le virus est maintenu au sein d’un cycle forestier. Il est à l’origine de poussées épidémiques cycliques en milieu rural, en Afrique australe et de l’Est et de l’Ouganda en Afrique du Sud et en Afrique centrale. Il est devenu endémique en milieu rural en Afrique.

En Asie, le virus circule dans un cycle urbain en Inde, au Sri Lanka, et en Asie du Sud Est. Depuis 2005, l’épidémie s’est propagée vers des îles de l’Océan Indien : Comores, Mayotte, îles Maurice, la Réunion, Madagascar.

En Europe, depuis 2007 il se propage (200 personnes dont 200 cas confirmés en Italie).

Mars 2008 Alerte en Europe / (Euro surveillance), après l’épidémie italienne en 2007, les entomologistes (spécialistes des insectes) européens se sont mobilisés : le moustique vecteur Aedes albopictus est présent dans les pays suivants : Albanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Monténégro, Pays-Bas, Serbie, Slovénie, Suisse

RÉFÉRENCES

INSTITUT PASTEUR : www.institut-pasteur.fr , www.sante-voyage.org

INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE : http://www.DITALerte@invs.sante.fr, www.sante.gouv.fr,

CARTES : http://who.int/ith et : http://www.insvv.sante.frcarte_france-58821[1]

single.php CHILD

16 pharmacies sur 10 Aéroports Européens

Ne perdez plus de temps pour trouver vos produits de santé. Vous trouverez dans votre aéroport une de nos pharmacies pour préparer votre commande.

RESERVEZ vos produits
Contactez nous ICI

sidebar-left.php child